Au programme : un Schubert plein de philosophie et "une musique de cinglé" signée Beethoven

Le Quatuor Ludwig se fonde en 1985 après des premiers prix brillamment obtenus au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Depuis, les 4 musiciens se perfectionnent et recoivent les conseils de brillants chefs d'orchestre avant d'arpenter les plus grandes scènes. Quand il ne brûle pas les planches, le Quatuor Ludwig sait se faire pédagogue, à travers de nombreuses masterclasses et autres projets pédagogiques à destination des conservatoires, mais aussi pour des publics plus larges, non-initiés à la pratique de la musique. En savoir plus

Programme

Schubert : Quatuor n°12 en ut mineur D 703 "Quartettsatz"

Ce « quatuor n°12 » se limite à un seul mouvement d’une dizaine de minutes, mais il nous transporte sans transition en décembre 1820. Schubert l’écrit au terme d’une année particulièrement sombre, chargée d’angoisse et marquée par une incapacité chronique à aller au bout des œuvres entreprises. Dans ce contexte, le bond que représente cette oeuvre au plan de l’expression personnelle ne saurait surprendre outre mesure. Avec une liberté totalement assumée désormais dans sa démarche créatrice, qui se manifeste de façon frappante tant sur le plan tonal que dans le traitement de la forme, Schubert nous fait vivre ici une explosion révélatrice de son tragique individuel, un tragique dont l’ultime symbole, celui d’un univers sans issue, serait la conclusion de ce morceau par la reprise textuelle des huit mesures d’introduction.

Beethoven : 7ème quatuor opus 59 n°1 "Razumovski"

Ce n’est qu’en 1806 que Beethoven mit sur le métier un nouveau quatuor, qui serait le premier d’une série de trois dédiés au Comte Razumovsky, son protecteur et ami.

Le résultat est vertigineux et nous met d’emblée face à une énigme : comment Beethoven a-t-il pu lui même être aussi conscient de l’importance historique que revêtait cette œuvre ? Vis à vis de ses quatuors, plus que de toute autre composition, il gardera d’ailleurs toujours cette lucidité. C’est d’autant plus remarquable qu’évidemment, le public ne fut pas là pour l’y aider : l’accueil ne fut pas glacial, il fut incendiaire. “Une mauvaise farce de toqué, une musique de cinglé” écrivait un journal de Vienne à propos de la première exécution de ce 7ème Quatuor. Cela laisse bien imaginer les commentaires sur les œuvres de la dernière période du compositeur.

Ce septième quatuor est une provocation et c’est sans doute ce qui choqua. Provocation parce que la structure en est tout à fait classique et s’inscrit tout à fait dans le prolongement des réalisations précédentes. Mais la cassure la plus évidente vient des dimensions ; les numérations des mesures sont éloquentes : le Scherzo en a plus de quatre cents ! Du coup, malgré la structure classique, on se retrouve face à un quatuor de près de quarante-cinq minutes, où Beethoven s’est permis des développements gigantesques. La deuxième cassure vient du traitement des instruments : l’écriture est serrée, dense et parfois acrobatique. La partie de premier violon hésite entre la sonate et le concerto, et le second violon et l’alto n’ont parfois rien à lui envier. Mais surtout, le coup de maître c’est que le quatrième instrument, globalement limité jusque là au rôle de basse harmonique, s’élève tout à coup en soliste : les thèmes des quatre mouvements sont confiés au violoncelle.

Les musiciens qui le créèrent crurent eux même à une plaisanterie, ce à quoi Beethoven leur répondit : "Croyez-vous que je pense à vos misérables violons lorsque l’Esprit me parle ?"

___________________________
Merci de prendre connaissance et de respecter les consignes sanitaires suivantes :
La réservation est indispensable, il n'y aura pas de billeterie sur place. Le port du masque est obligatoire pour les personnes de plus de 11 ans dans l'enceinte du bâtiment, auditorium compris et pendant toute la durée du concert. Chaque spectateur doit être assis.Une distance minimale d'un siège doit être respectée entre chaque personne ou groupe de moins de 10 personnes venant ensemble.

L'accès se fera par l'entrée située Place du concert.

Date de l'évenement

Le 15/12/2020 de 19:00 à 20:15

Lieu de l'événement / Plan d'accès

Conservatoire de Lille